On parle beaucoup de l’amour en confinement. De comment bien vivre le confinement enfermé avec son mec de 3 ans (ou deux semaines) dans un appartement de 28m2. De comment entretenir la flamme dans une relation à distance. De comment nourrir des discussions alors que tout ce qu’on fait dans sa journée c’est bosser, faire à manger et mater Netflix. De comment continuer à être en couple quand on a surtout l’impression d’être des colocataires avec l’extension et plus si affinité des Sims. Plot twist : il n’y a pas que les relations amoureuses à entretenir, il y a aussi les relations amicales.

Même si vous êtes confinés avec des personnes que vous adorez, à un moment ce n’est pas contre elles mais vous avez besoin de voir autre chose. Dans ce cas-là précisément de voir la tête de quelqu’un d’autre. Dans un monde sans pandémie, dans la vie de tous les jours, notre vie sociale n’est pas monotone. On voit des gens dans les transports, on voit ses collègues, on discute cinq minutes avec la boulangère, on dîne avec ses amis. Et le lendemain on voit d’autres amis, d’autres collègues et à la place de la boulangère, c’est avec le primeur qu’on discute. Dans un monde sans pandémie, on ne manque pas de visages croisés et de discussions parcourues.

A l’heure actuelle, si on a la chance de ne pas être confiné tout seul, on voit chaque jour les mêmes visages (exception faite quand on s’improvise coiffeur ou qu’on a décidé de se maquiller). C’est un peu monotone et c’est là que les amis sont appelés à la rescousse. On pourrait penser qu’il suffit d’échanger des textos, de s’envoyer quelques vocaux ici et là ou bien de s’appeler toutes les trois semaines pour entretenir des amitiés qui datent du lycée mais que nenni. Il faut bien plus.

C’est comme avec votre mec, ce n’est pas parce que ça fait 4 ans que vous êtes ensembles et que les bases sont solides, qu’un texto le matin et le soir vont suffire à faire tenir votre couple. Mettez-y du vôtre mais attention parce que ça demande plus d’énergies qu’on y pense… Genre vraiment, c’est du sport.

Pendant la première semaine du confinement, si vous vouliez instaurer un apéro virtuel avec vos copains c’était plutôt simple. Pour le lieu de rendez-vous, on était en plein boom de « Houseparty » ou bien pour les plus puristes, on restait sur une valeur sûre avec Skype. Les agendas étaient assez flexibles, pas de cours de yoga via Zoom ni d’ateliers cuisine en Instagram Live. On avait pléthore de créneaux à notre disposition.

Arrive la deuxième semaine du confinement et ça commence à se compliquer. Déjà il faut s’organiser pour faire quelque chose pour l’anniversaire de votre copine Léa qui va passer son confinement seule chez elle. Vous créez donc une nouvelle conversation Whatsapp qui vient s’ajouter aux dix autres dans lesquelles vous avez été ajouté depuis le début du confinement et alors que la création de ce groupe était de base pour trouver une idée de cadeau/vidéo/attention pour l’anniversaire de Léa, il se retrouve très vite devenir être une succession d’envoi de memes spécial confinement qu’on se transfère de groupe en groupe. 

L’anniversaire de Léa n’avance pas et les apéros que vous souhaitez organiser non plus. La raison cette semaine : agenda trop chargé. On a beau tous être chez nous avec beaucoup moins d’activités planifiées et de transports qu’à l’habitude, on n’a pas pour autant une soirée pour nous. Il faut dire que ça y est, les cours de sport sur Zoom sont devenus indispensables pour survivre au confinement alors que d’habitude on fuit toute activité qui pourrait nous faire suer. A défaut de faire des apéros, certains préfèrent faire la cuisine en visio (au secours) et je ne vous parle pas de ceux qui préfèrent mater Paire et Wawrinka prendre l’apéro ensemble que de faire un apéro avec leurs propres potes (même si Paire et Wawrinka sont très drôles). Il y a aussi ceux qui ont déjà planifié les apéros avec les collègues, les cousins et les copains de vacances et qui vous disent de prendre rendez-vous pour la semaine prochaine car cette semaine « c’est compliqué de me libérer ». Bref, cette semaine devient un véritable casse-tête pour trouver un créneau où vous pourrez être tous mutuellement disponible plus de 30 minutes et l’apéro hebdomadaire est annulé.

Troisième semaine, c’est l’apothéose. La bonne nouvelle c’est qu’à 21h dimanche, vous vous êtes mis d’accord pour faire une vidéo où vous combinez tous vos messages d’anniversaire pour Léa en plus du fameux apéro surprise que vous planifiez pour vendredi soir. Bémol : entre le mardi de la première semaine et la troisième semaine, tout le monde a décidé qu’il avait « sa » plateforme favorite d’apéro. 

Un peu comme quand vous demandez à un parisien qu’habite dans le 18ème de venir dîner dans le 13ème et qu’il vous répond que c’est trop loin pour lui, là vos potes vous disent que si ce n’est pas un apéro sur Google Hangouts, ce n’est pas pratique pour lui de se joindre à vous. Pardon ? Comment ça ce n’est pas pratique de télécharger une application de plus sur ton téléphone qui a déjà 5 écrans d’applis ? Comment ça ça te soule de te créer un compte de plus alors que tu ne sais même pas ce que régule le RGPD ? Comment ça tu vas nous casser les pieds avec ton Google Hangouts ? Non mais ça y est, trois semaines de confinement et chacun a ses petites habitudes qu’il ne faut pas bousculer. A croire que le confinement ça vous a rendu fragile et inerte aux changements. On se remue, on s’adapte, c’est ça le 21ème siècle !

L’amitié en confinement c’est un peu comme l’amour à distance, pas tous les jours facile à vivre mais ça mérite qu’on se tire les cheveux de temps en temps pour savoir sur quelle plateforme et à quelle heure on se capte cette semaine. Disons qu’on se passerait des épreuves mais qu’on est tellement content au moment des retrouvailles qu’on passe l’éponge. C’est vrai quoi, ça m’a gonflé de devoir comprendre comment marchait Google Hangouts alors que je m’étais déjà adapté à Zoom, Skype, Teams et compagnie mais j’étais tellement contente de voir de nouvelles têtes et de discuter d’autre chose que de ce qu’on va faire à manger ce midi que si c’était à refaire, je le referais.

un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :